European Association of Sport Employers - EASE

Partagez

EASE est une association indépendante d’organisations nationales d’employeurs intervenant dans le sport associatif, le sport professionnel et les loisirs actifs (fitness et loisirs de plein air). EASE est présidée par Marcel Martin, au titre du CoSMoS.

Missions

L'objectif majeur de EASE est le développement du dialogue social dans le secteur du sport à l'échelle européenne, ce en défendant l'identité et les spécificités du secteur sportif. Dans cette perspective, EASE encourage la structuration d'un dialogue social sur le plan national afin que des organisations d'employeurs puissent être représentatives au niveau européen. L'expérience du CoSMoS à travers la construction de la Convention Collective Nationale du Sport est, à ce titre, riche d'enseignements.

En collaboration avec UNI Europa Sport, représentant la voix des salariés, EASE oeuvre à établir un Comité de Dialogue Social Sectoriel Européen (CDSSE) sport et loisirs actifs, lieu officiel de la négociation collective de niveau européen. La création d’un tel Comité permettra à EASE et UNI Europa Sport de prendre part au processus de consultation ainsi qu’au processus de négociation, tels que définis dans le traité de Lisbonne.

Pourquoi un dialogue social européen officiel dans le sport et les loisirs actifs ?
• Pour proposer une gouvernance sociale du secteur aux côtés des institutions traditionnelles du mouvement sportif et des gouvernements.
• Pour sécuriser la relation de travail entre employeurs et salariés et de définir des standards minimums d’emploi imposés par la forte mobilité des salariés du secteur.
• Pour favoriser une professionnalisation efficiente du secteur qui encouragerait la reconnaissance de son potentiel en termes de création d’emplois et de développement économique.

Organisation

Il est intéressant de noter qu'il n'est pas nécessaire que l'ensemble des 25 pays membres de l'Union européenne soit impliqué pour impulser la création d'un comité de dialogue social sectoriel dans une branche professionnelle. Il suffit qu'un nombre suffisamment représentatif de pays soit concerné, à condition que les organisations nationales intéressées soient suffisamment représentatives dans leur pays. Par exemple, l'existence de 6 organisations représentatives dans 6 pays, avec 10 adhérents chacune, ne permet pas de créer une organisation européenne représentative. En revanche, 3 organisations représentatives dans 3 pays, ayant entre 1500 et 2000 adhérents chacune, peuvent constituer une organisation représentative au niveau européen. EASE se trouve dans ce cas de figure.

EASE est convaincue que cette régulation constitue la prochaine tâche à laquelle les partenaires sociaux européens devront s'atteler ; cette tâche n'incombant plus uniquement à la Commission européenne et aux institutions du mouvement sportif, comme cela fut parfois le cas par le passé. A l’heure actuelle, l’unique régulation porte sur la liberté de circulation et concerne, tout particulièrement, le football professionnel. La circulation des travailleurs est une réalité pour certains professionnels dans le secteur du sport. La régulation au niveau européen ne représente donc pas quelque chose de nouveau. La nouveauté porte sur la manière de le faire, en l’occurrence en s’appuyant sur les partenaires sociaux. Ainsi, le secteur du sport ne serait plus réactif comme il l’est aujourd’hui, mais deviendrait proactif, en vue de défendre les spécificités du secteur. Il ferait, de ce fait, preuve de maturité.

Structures connexes

Rapport annuel 2016

Billetterie

Passion

Médical

Outil

Vidéos

Découverte

Médias

  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions

  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF