Edmond Caillat

L'île aux loups à la fin du XIXe siècle
Partagez

Edmond Caillat fut l’un des premiers dirigeants des sports nautiques. Vice-président du Comité olympique Français (COF) constitué en 1904, il participa également au COF de 1907.

Rameur de bon niveau, il fit partie, de 1882 à 1885, de deux des meilleures équipes juniors de l’époque, Quatre de Trèfle et Clair de Lune. Les nombreuses Sociétés nautiques éparpillées à travers la France jouissaient alors d’une mauvaise réputation.

Dans ses écrits, Pierre de Coubertin n’hésitait d’ailleurs pas à évoquer « les habitudes volontiers débraillées » de ces pratiquants parfaitement dépeints par Maupassant dans Une partie de Campagne (1880) puis illustrés par Renoir (1936).

Bien décidés à rehausser cette image, un petit groupe de rameurs de la Société d’Encouragement décidèrent de s’inspirer de l’amateurisme anglais pour faire de leur structure une vitrine exemplaire des sports nautiques. En 1887, Edmond Caillat prit la tête d’une petite société financière anonyme et, avec ses compagnons, parmi lesquels Fenwick, acheta un petit terrain situé sur l’île des Loups sur lequel ils établirent des locaux simples, mais fonctionnels (vestiaires, garage, salle de réunion…).

Dès lors, la Société d’Encouragement connut un renouveau qui profita à Caillat, élu président en 1888. L’année suivante il devint membre du Congrès des exercices physiques, en tant que rapporteur pour la natation et l’aviron. Véritable passionné, il prétendait qu’on trouvait toujours du temps pour s’entraîner et le démontrait le soir à onze heures sur le bassin de Bercy. Son investissement dans la défense de sa discipline favorite a notamment permis l’entrée de la Société d’Encouragement à l’U.S.F.S.A. où il fut membre de la commission d’aviron.

Pionniers du sport français

Rapport annuel 2016

Billetterie

Passion

Médical

Outil

Vidéos

Découverte

Médias

  •  Française des jeux
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF