Hommage de J. Rogge à Pierre de Coubertin

Partagez

Comme beaucoup d’entre vous, je considère le premier de l’An comme le moment idéal pour réfléchir au passé et regarder vers l’avenir. Cela est d’autant plus vrai aujourd’hui qu’en ce 1er janvier 2013, nous fêtons le 150e anniversaire de la naissance du fondateur des Jeux olympiques modernes, le baron Pierre de Coubertin.

Certes, Pierre de Coubertin aurait été ravi de savoir que 118 ans après la création du Comité international olympique (CIO), le Mouvement olympique est plus fort que jamais. Et l’on peut supposer, sans risque de se tromper, qu’il aurait été étonné par tout ce que l’année 2012 nous a réservé. L’année dernière, Londres nous a offert ce qui restera dans les mémoires comme l’une des plus grandes éditions des Jeux olympiques de tous les temps. Les Jeux olympiques de la jeunesse ont quant à eux poursuivi leur essor avec la tenue couronnée de succès de la première édition hivernale à Innsbruck, en Autriche. Des étapes importantes ont par ailleurs été franchies s’agissant notamment de la participation des femmes dans le sport, de l’héritage et de l’environnement.

Les valeurs olympiques sont encore aujourd’hui le fil rouge qui guide tout ce que nous entreprenons

Les initiatives visant à diffuser les valeurs olympiques se sont multipliées, en particulier celles lancées en coopération avec les Nations unies pour mettre le sport au service du développement. Nous avons également redoublé et intensifié nos efforts pour protéger l’intégrité du sport. Quant à la situation financière du CIO, elle est plus solide que jamais, et ce malgré la pire récession qu’ait connue le monde en soixante ans.

Alors que nous savourons les derniers instants d’une année olympique exceptionnelle, il serait aisé d’oublier la tâche herculéenne que Pierre de Coubertin a dû mener pour rétablir, à lui tout seul ou presque, les Jeux olympiques à la fin du XIXe siècle. Le baron de Coubertin a toujours affirmé que le sport organisé permettait de renforcer non seulement le corps, mais aussi la volonté et l’esprit, tout en encourageant l’universalité et le fair-play, des idées largement acceptées aujourd’hui. À son époque cependant, la plupart de ses concitoyens considéraient le sport comme une activité frivole, préjudiciable au savoir et à l’intellect. C’est donc souvent avec indifférence, voire avec une franche résistance, que son appel au rétablissement des Jeux fut reçu. Pierre de Coubertin reconnut des années plus tard que son projet était « un rêve et une chimère ».

Malgré tous ces obstacles, il continua d’œuvrer avec détermination, offrant de son temps et de sa fortune pour donner un nouveau souffle aux Jeux olympiques de l’Antiquité. Non à des fins personnelles mais pour le bien de l’humanité, car il était convaincu que le sport véhiculait des valeurs telles que l’excellence, l’amitié et le respect. Fort de sa remarquable intelligence, de son absolue certitude et de sa grande force de caractère, il gagna progressivement le soutien et la confiance de groupes d’individus partageant le même état d’esprit que lui. Dans un délai étonnamment court, ceux-ci allaient devenir les membres fondateurs du CIO en 1894. Deux ans plus tard, Athènes accueillait la première édition des Jeux olympiques de l’ère moderne.

Pierre de Coubertin s’est dévoué corps et âme à cette cause. En cette veille de 1er janvier, le Mouvement olympique salue l’homme par qui tout a commencé

C’est en effet le texte qui nous distingue de toutes les autres organisations sportives. Le CIO n’existe pas uniquement pour organiser une grande manifestation sportive tous les deux ans. Notre mission consiste à mettre le sport au service de l’humanité, les compétitions nous aidant à tirer parti de ce qu’il y a de meilleur dans notre société et à lutter contre ses éléments pernicieux. Les valeurs olympiques sont encore aujourd’hui le fil rouge qui guide tout ce que nous entreprenons.

Pierre de Coubertin serait-il heureux des développements qui ont eu lieu depuis sa mort en 1937 ? La réponse est évidemment non. Nous avons eu notre lot de turbulences, mais c’est parce que nous avons pu compter sur ce guide moral et éthique qu’est la Charte olympique que nous sommes parvenus à les traverser. Mais il serait ravi que ses valeurs fondamentales perdurent. Celles-ci sont même encore plus pertinentes de nos jours. Tout ce que nous avons admiré dans l’Olympisme en 2012 n’aurait pas été possible sans son œuvre. Il nous appartient à présent de veiller à ce que les Jeux conservent leur intérêt et leur intégrité pour 118 nouvelles années et plus.

Pierre de Coubertin s’est dévoué corps et âme à cette cause. En cette veille de 1er janvier, le Mouvement olympique salue l’homme par qui tout a commencé.

Joyeux 150e anniversaire !

Jacques Rogge

Présidence

Pour les athlètes...

Passion

Médical

Outil

Vidéos

Découverte

Médias

  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF