Saut à ski : Histoire

Coline Mattel
Partagez

Histoire de la discipline

L’origine du saut à ski remonte à 1860 quand le Norvégien Sondre Norheim – considéré comme le père fondateur de ce sport – parvint à franchir 30 mètres sans bâtons, à partir d’un rocher. Son record est resté inégalé pendant plus de trois décennies.

En 1862, à Trysil (Norvège) fut organisée la toute première compétition de saut à ski. Autour de l’année 1900, un autre Norvégien, Bjarne Nielsen, fit la démonstration des premiers sauts classiques, franchissant une distance de 17 mètres. Utilisant le même style, son compatriote réalisa un saut de 41m, en 1902. Puis l’Américain H. Smith établit un nouveau record de 45 mètres, à Davos (CH).

Après la première guerre mondiale, Thulin Thams, le premier champion olympique lors des Jeux de Chamonix, en 1924, et Sigmund Ruud, tous deux originaires de Kongsberg (Norvège), mirent au point une technique aérodynamique, la technique dite de Kongsberg. Il s’agit là d’une technique où le sauteur plie son corps à la taille, l’incline fortement vers l’avant et étend les bras vers l’avant. Cette technique a permis de réaliser des sauts supérieurs à 100 mètres.

Depuis lors, le développement du saut à ski a été marqué par d’autres sportifs. C’est ainsi que l’Autrichien Sepp Bradl a été le premier, en 1936, à dépasser les 100 mètres, réalisant un saut de 101 mètres.
Au milieu des années 50, le sauteur suisse Andreas Daescher a mis au point une nouvelle technique de saut à ski. Il a été le premier à maintenir les bras près du corps, vers l’arrière, en se penchant encore davantage vers l’avant.

Parmi les autres sportifs qui ont laissé leur empreinte sur le saut à ski figurent le Suisse Walter Steiner qui remporta les premiers championnats de vol à ski de la FIS, à Planica (Slovénie), en 1972, ainsi que l’Autrichien Toni Innauer qui remporta le titre lors de la première saison de Coupe du monde FIS, en 1979/1980.

En 1985, le sauteur suédois Jan Bokloev commença à écarter l’avant de ses skis pour les disposer en « V ». Au début, il fit l’objet de railleries et fut pénalisé par les juges. Cependant, quand il remporta la Coupe du monde FIS de 1989, tous les sauteurs se mirent à adopter son style. Dès 1992, le style en « V » était celui de tous les médaillés individuels.

Le 17 mars 1994, l’Autrichien Andreas Goldberger fut le premier à dépasser les 200 mètres, avec un saut à 202 mètres, à Planica.

Le saut à ski est inscrit au programme des Jeux Olympiques d’hiver depuis leur première édition, à Chamonix Mont-Blanc, en 1924. Le concours au grand tremplin a été ajouté au programme olympique à l’occasion des Jeux de 1964, à Innsbruck.


Olympic Channel (en Français !

Twitter #espritbleu


  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF
  •  RMC