Judo : Histoire

Marie-Claire Restoux
Partagez

En japonais, le mot judo signifie "voie de la souplesse". Il est dérivé en partie du jiu-jitsu, une technique de combat à mains nues utilisée par les anciens guerriers samouraïs, mais la comparaison s'arrête là. S'il suffit de jeter son adversaire au sol pour gagner un match, c'est aussi le seul sport olympique où les prises de soumission autorisent un concurrent à étouffer son adversaire voire à lui casser un bras.

Développé par le Dr Jigoro Kano dans les années 1880, le judo est devenu sport olympique à Tokyo, en 1964. Le pays hôte avait le droit d'ajouter un nouveau sport au programme et le Japon a choisi le judo. Quatre catégories de poids furent créées et le Japon fut victorieux dans trois d'entre elles.

En revanche, dans la quatrième (la catégorie ouverte à tous), la victoire revint à Anton Geesink, un Néerlandais d'1,98 m, qui battit Akio Kaminaga, triple champion du Japon, devant 15 000 personnes, au Nippon Budokan Hall. Il le battit de nouveau par la suite, comme il avait déjà battu, plus tôt dans l'année, d'autres adversaires japonais, parmi les meilleurs. Ainsi, la théorie selon laquelle un judoka expérimenté pouvait vaincre n'importe quel adversaire de n'importe quelle taille fut quelque peu mise à mal. Chez les Français, Jean-Luc Rougé fut le premier champion du monde de l'histoire, en 1975. Angelo Parisi et Thierry Rey ont été, en 1980, les premiers champions olympiques français de judo.

Newsletter

Olympic Channel (en Français !

Twitter #espritbleu


  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF
  •  RMC