Sport boules : Champions du monde à la loupe

Interview
Partagez

Tous les 2 champions du monde en 2012, ils ont atteint les Everest de leur discipline respective. Mélanie Lille, championne du monde en 2012 de tir de précision, argentée aux Jeux Méditerranéens, et Philippe Suchaud, multi récidiviste en triplette à l'échélon international et en bronze à Mersin, se dévoilent...

Mélanie, comment es-tu arrivé à cette discipline ?
Mon père jouait un tout petit peu, mon meilleur ami également. J’ai simplement voulu faire comme eux ! Et comme cela a rapidement bien fonctionné, j’ai continué…

Philippe, comment es-tu passé de la pétanque loisir au haut niveau ?
Tu gagnes quelques concours locaux, puis tu passes en département, championnat de France et du monde. Tout naturellement en fait. Mon adresse m’a emmené au sommet.

Mélanie quel est ton quotidien ?
Je suis assistante d’éducation dans un collège et je vise le concours de professeur des écoles. Mes collègues me soutiennent à fond ! Pour les boules, je m’entraîne 3 à 4 fois par semaine, après le boulot, et je fais un peu de physique à côté. Mon mari, également pratiquant, m’aide beaucoup. J’ai également entraîné, cette année, une équipe masculine en nationale 3 et nous avons fini vice-champions de France.

Philippe, tu es sur le circuit depuis longtemps. As-tu toujours la même motivation ?
J’ai commencé en 1995. J’adore la vie de groupe donc être dans l’équipe de France et participer aux championnats du monde ou Jeux Méditerranéens me fait toujours plaisir. Par contre, je commence à avoir envie de ralentir un peu, pour souffler.

Philippe, quel type de relation existe-t-il entre des partenaires de doublette ?
C’est une des premières fois où je jouais avec Bruno (Le Boursicaud) en doublette. On a fait cela au feeling et on voyait directement qui faisait quoi sur le terrain. Sinon, avec Philippe Quintais, mon binôme habituel depuis 20 ans, la relation est vraiment profonde. Nous sommes, au-delà des boules, amis dans la vie.

Philippe, vis-tu de la pétanque ?
J’aimerais bien ! Mais non, je travaille, dans un abattoir depuis 22 ans. Je suis en entreprise du lundi au jeudi, et généralement en tournoi le week-end. Mon emploi du temps est aménagé et le ministère des sports m’octroie quelques jours de congés pour mon statut de haut niveau.

Mélanie, comment donner envie aux jeunes de pratiquer ton sport ?C’est beaucoup plus sportif qu’il n’y paraît. Généralement, les gens sont moqueurs au début, mais lorsque l’on explique et montre réellement de quoi il s’agit, ils finissent souvent par être impressionnés. Cela demande de l’entraînement, de la préparation physique. J’estime également que ce sont des disciplines jolies à regarder.

Que représentent pour vous une participation aux Jeux Méditerranéens ?
Mélanie : C’est exceptionnel. Ce sont des moments que nous vivons que rarement. Avoir autant de Nations et de disciplines autour de nous, c’est extraordinaire. Nous sommes comme des enfants, à la découverte de chaque endroit. C’est grandiose !

Philippe : Ce que nous aurions profondément voulu, c’est participer aux Jeux Olympiques. Nous sommes bloqués aux championnats du monde et les JO ont l’aboutissement de tout sportif. Les Jeux Méditerranéens sont une étape, une avancée vers cela. C’est mon seul regret, mais, aujourd’hui, cela me parait compliqué que ça se fasse. Je pense que nous manquons de structuration et de médiatisation dans la pétanque.


Olympic Channel (en Français !

Twitter #espritbleu


  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF
  •  RMC