Ski alpin : Épreuves

Partagez

Descente


Les descendeurs, partout où le parcours le permet, sont en position de recherche de vitesse, la position la plus aérodynamique. Identifiant les trajectoires les plus courtes, ils laissent courir les skis pour créer le moins de frottement possible. Ils atteignent des vitesses qui peuvent dépasser les 120 km/h. La dénivellation de la piste pour les épreuves masculines varie entre 800 et 1.100 mètres, et pour les épreuves féminines entre 500 et 800 mètres. Les concurrents sont tenus de passer entre les portes rouges disposées presque toujours perpendiculairement à la ligne de descente. Pour participer à la course et déterminer l'ordre de départ, les concurrents doivent se soumettre à une course chronométrée.
Les compétitions de descente masculine et féminine sont, en principe, organisées en une manche après trois sessions d'entraînement officiel, mais un seul entraînement chronométré peut s'avérer suffisant si la météo en décide ainsi.

Super-G


Le super-G est né au début des années 1980 comme un compromis entre la descente et le slalom géant, mais aujourd'hui, de par sa vitesse et ses caractéristiques techniques, il est plus proche de la descente. Les épreuves du super-G masculin se disputent sur une dénivellation qui varie entre 500 et 650 mètres. La dénivellation des pistes pour les épreuves féminines varie quant à elle entre 400 et 600 mètres. Le tracé est signalé par des portes alternées bleues et rouges qui sont placées de façon à marquer les changements de direction. Le nombre de portes est compris entre 35 pour les hommes et 30 pour les femmes et un nombre correspondant à 10% de dénivellation. Il n'est pas prévu de séance d'entraînement et le port du casque est obligatoire. Les compétitions masculine et féminine de super-G sont organisées en une seule manche.

Slalom géant


En slalom géant, les portes sont plus proches les unes des autres que pour une épreuve de vitesse. Une excellente maîtrise des skis et une grande rapidité dans les changements de direction sont donc nécessaires. La dénivellation varie entre 300 et 450 mètres pour les épreuves masculines et entre 300 et 400 mètres pour les épreuves féminines. L'épreuve est disputée en deux manches sur la même piste, mais avec des tracés différents : le vainqueur est le concurrent qui a obtenu le meilleur temps cumulé. Le nombre de portes est calculé à partir d'un pourcentage compris entre 11 et 15 % du dénivelé relatif. En général, leur nombre est compris entre 56 et 70 pour les hommes, et entre 46 et 58 pour les dames.
L'ordre de départ pour la seconde manche est fixé en prenant l'ordre inverse des 30 premiers du classement de la première manche ou, dans certains cas particuliers, des 15 premiers de ce classement.

Slalom


Dans le slalom masculin, la dénivellation de la piste peut varier entre 180 et 220 mètres, et elle varie de 140 à 200 mètres pour les épreuves féminines. L'épreuve se déroule en deux manches sur la même piste, mais avec des tracés différents, selon les mêmes modalités que pour le slalom géant. Le nombre de portes du tracé doit être compris entre 55 et 75 pour les hommes, et entre 40 et 60 pour les femmes. Le slalom requiert des qualités d'agilité et d'adresse, afin d'éviter d'enfourcher les piquets (lorsque les deux skis ne passent pas du même coté du piquet, le pire cauchemar du slalomeur). Les pistes des épreuves de slalom sont plutôt raides, avec de la neige souvent artificiellement glacée pour éviter une détérioration rapide du manteau de neige malmené par les carres des skis.

Super-combiné


Les résultats des compétitions masculine et féminine du combiné sont déterminés par le temps cumulé d'une descente (une manche) et d'un slalom (deux manches), le tout réalisé dans la même journée.

Newsletter

En course pour la Journée Olympique !

Tarragone 2018 en live

Twitter #espritbleu


  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF
  •  RMC