Jason Lamy-Chappuis : "Je peux partir tranquille"

Interview
Partagez

Jason Lamy-Chappuis, 26 fois vainqueur en Coupe du monde, détenteur de trois globes de cristal et d'un titre de champion olympique, met un terme à sa carrière de haut niveau. Il a décidé d’arrêter de "voler à ski" pour se consacrer à sa deuxième passion et devenir pilote de ligne. Entretien...

Tu arrêtes ta carrière sur de très beaux résultats, notamment aux championnats du monde de Falun en Suède, le choix n’a pas été trop compliqué pour toi ?
C’est vrai que de nombreux athlètes d’autres nations m’ont demandé pourquoi j’arrêtais maintenant alors que ça allait encore très bien. Mais ça trottait dans ma tête depuis un petit moment et je n’avais pas envie de faire l’année de trop. Quand j’ai eu cette dernière victoire aux championnats du monde par équipe je me suis dit que je n’avais plus rien à aller chercher, que j’étais comblé et que j’avais eu tout ce que je voulais. Je peux ainsi partir tranquille.

Le fait d’être porte-drapeau ça rapproche encore plus de tous les athlètes français

As-tu eu peur que 2014 soit l’année de trop ?
Ça a été en effet beaucoup plus difficile de se mobiliser après les JO de Sotchi. Ça a été quand même une déception. J’avais un esprit de revanche mais j’avais également la crainte d’être sur le déclin au niveau des performances. J’ai eu 4 années (2010, 2011, 2012, 2013) super bien alors que 2014 était en demi-teinte donc j’avais peur d’avoir une tendance à la baisse du point de vue des résultats. D’autres athlètes arrivaient plus en forme et je sentais que c’était moins facile pour moi.

Après Fabrice Guy en 1992, Jason fut à Sotchi le 2e "combinard" porte-drapeau des Bleus !

En parlant de Sotchi, comment as-tu vécu ton expérience de porte-drapeau ?
Je n’ai rien à regretter par rapport à Sotchi. C’est évident que ça a été une déception sportive mais humainement ça a été les JO où j’ai le plus profité. Le fait d’être porte-drapeau rapproche encore plus de tous les athlètes français. Au village olympique et sur les stades je me sentais vraiment proche et fier de faire partie de cette équipe de France. J’ai passé de très bons moments avec les athlètes et les entraineurs et ça restera des souvenirs inoubliables.

Maintenant que tu es jeune retraité, quels sont tes objectifs loin des pistes ?
Il y a encore les championnats de France qui arrivent, ma dernière compétition, puis je prendrai un bon mois pour me ressourcer et voir autre chose. Je vais ensuite commencer une formation de pilote de ligne, d’abord le théorique, qui se fera par correspondance, et ensuite la pratique. Il faut que je trouve une école en France ou en Europe pour une formation qui durera 2 ans. Je terminerai donc normalement en 2017.

Être pilote de ligne a toujours été dans tes projets, ça ne t'a pas frustré de devoir le garder en réserve?
Ça fait maintenant 8 ans que j’ai mon brevet de pilote privé. J’arrivais à faire quelques d’heures l’été mais je n’avançais pas vraiment. J’ai effectivement mis un peu mon projet de pilote de côté pour me consacrer au sport. C’est aussi une des raisons pour lesquelles j’arrête. J’ai toujours eu ce projet et je pense que si je n’avais pas eu d’autres objectifs dans ma vie, j’aurai continué une ou deux années de plus, mais j’attendais ça depuis un petit moment et je vais enfin commencer les choses concrètes en ce qui concerne le pilotage. J’ai hâte ! Ça va me faire bizarre également car les émotions qu’on peut ressentir en étant sportif, je ne suis pas sûr de les retrouver. Beaucoup de choses vont me manquer dans le sport de haut niveau, mais mon projet à coté m'aide forcement. Je resterai néanmoins proche du monde du ski et continuerai à pratiquer pour le plaisir !

Je suis confiant pour les Bleus car la relève est assurée !

Comment vois-tu l’avenir du groupe avec ton départ et celui de Sébastien Lacroix ?
Ça va quand même créer un vide car on était les 4 ensemble depuis les championnats du monde junior en 2003. Ça fait quand même 12 années ensemble et ça a créé des liens forts. Ça va forcément nous manquer. Mais en même temps, je suis content et confiant pour la suite car on voit qu’en cette fin de saison François Braud décroche une médaille d’argent en individuel aux championnats du monde. Il continue sur une bonne dynamique avec Maxime Laheurte et je ne me fais pas de soucis pour eux, ils vont reprendre le flambeau et continuer à faire de belles performances. Ils ont, eux, l’objectif d’aller jusqu’aux JO de 2018. On a également les juniors qui arrivent en forme, qui ont fait des top 10 aux championnats du monde. A mon avis ils vont recréer un groupe avec les deux « anciens » et les juniors. Je suis confiant, la relève est assurée !

Pour finir, quel est ton meilleur souvenir ?
Il y a tellement de souvenirs donc c’est difficile d’en évoquer qu’un... Mais s’il fallait choisir un, ça serait la victoire aux JO de Vancouver en 2010 où les images de la dernière ligne resteront gravées toutes ma vie.

Jason LAMY-CHAPPUIS | Combiné nordique | Le Mag' des Bleus

PyeongChang 2018

DAYS
HRS
MINS
SECS
TO THE OPENING CEREMONY
OF THE OLYMPIC WINTER GAMES
PYEONGCHANG 2018
:
:
Olympic Winter Games
Pyeongchang 2018

Pour les athlètes...

Passion

Twitter #espritbleu


Boutique

  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF