Jonathan Laugel : "Tout donner"

Interview
©FFR
Partagez

Le rugby à 7 mondial s'est donné rendez-vous à Paris ce week-end pour la 5e étape des World Rugby Sevens Series. Entretien avec Jonathan Laugel, pilier de l'équipe de France qui aborde avec nous ce tournoi, les objectifs, le collectif et Rio !

Comment s’est déroulée votre préparation pour le tournoi de Paris ?

©FFR

Plutôt bien ! Paris, on a envie d’y mettre les ingrédients, du coup on a bien préparé l’échéance. Le retour de certains joueurs revenant de blessures ou qui avaient un pépin physique a été positif : nous avons pu nous entrainer en effectif total, à 7 contre 7, ce qui n’a pas toujours été possible précédemment. C’est vraiment idéal de pouvoir travailler dans des conditions réelles, comme en match, et ne pas découvrir des problématiques le jour du tournoi.

Notre objectif maintenant va être de garder de la constance et de la régularité

Quels sont vos objectifs sur ce tournoi ?
Comme depuis le début de l’année, essayer de battre un maximum d’équipes avant Rio. Il me semble que nous avons déjà battu l'ensemble des concurrents de la poule. Ces équipes seront potentiellement nos concurrents à Rio, donc forcément les battre peu avant serait un bel atout pour nous. On a aussi l’envie de faire découvrir le rugby à 7 au public, en direct et en réel, de manière à ce que de plus en plus de personne s’intéresse au rugby à 7... Et cela passera avant tout si on a de bons résultats !

Un tournoi en France, c’est positif ?

©FFR

Sur le papier, oui. Après, cela peut devenir très vite négatif, car nous pouvons vite succomber à la pression d’être chez nous, nous dire qu’il faut que l’on gagne à tout prix… L’essentiel est de tout donner, sortir du terrain en n’ayant aucun regret et se dire que chacun a pu donner 100% de son potentiel, c’est ce que nous recherchons. Nous allons forcément nous appliquer à donner le meilleur de nous-même, mais il ne faudra pas non plus succomber au stress et nous paralyser pour pouvoir au contraire rendre cette expérience positive en faisant une très belle performance.

Plus globalement, comment s’est déroulée votre saison ?
Elle est en demi-teinte. Depuis le début de l’année, nous alternons tournois réussis et tournois un peu moyen. On sait qu’il y a du potentiel et qu’on arrive à faire des choses, mais on sent aussi que nous n’avons pas encore trouvé les clés pour le faire perdurer jusqu’à la fin des tournois. Notre objectif maintenant va être de garder de la constance et de la régularité.

A moins de 100 jours des Jeux quel va être votre programme, vos priorités ?
Tout d'abord, il nous faut travailler cette régularité. Rio va être une étape sèche, ceux qui ont été les meilleurs toute l’année ont de forte chance de réitérer à Rio, mais le charme du rugby à 7, c’est que même les petites équipes ou les équipes qui ont fait une année en demi-teinte, comme nous, sont capable de rivaliser avec les meilleurs sur un match, les Blacks, les Sud-africains ou encore les Fidjiens… Pour réussir à battre ces grosses équipes là, il faut absolument réussir à faire un match entier. Il va falloir être dans le tournoi comme dans le match, constant du premier au dernier match pour être en mesure de chatouiller les plus grands et d’aller chercher un podium.

Et personnellement ?

©FFR

Il y a une liste de 12 joueurs qui va paraitre mi-juillet, forcement j’ai envie de participer à cette expérience, de saisir l'opportunité et de donner le meilleur de moi-même. C’est dans un esprit qui reste évidemment collectif, je veux y participer pour le groupe et me dire que l’on va aller chercher quelque chose. L’année ne s’est pas faite à 12 mais à 15, 20... avec toutes les personnes qui sont venues nous renforcer.


Je joue ma place à chaque fois qu’il y a une sortie ou chaque jour à l’entrainement mais c’est avant tout pour le collectif que j’ai envie de performer car ce n’est pas tout seul que je vais aller chercher une médaille mais collectivement.

Mais je suis sûr qu’on peut avoir une médaille si on arrive à être tous dans le même état d’esprit

Rugby à 7 est un nouveau sport olympique, qu’est-ce que représente pour toi les Jeux Olympiques ?
C’est le gros point d’interrogation ! On a tous été formé au rugby à 15 avec les Coupes du monde, le Tournoi des VI Nations… Pour nous les Jeux Olympiques, c’est un peu un virage à 180° car aujourd’hui on pense surtout aux Jeux Olympiques. Il y a un peu un transfert de rêve en se disant que les Jeux Olympiques c'est possible maintenant. Pour moi c’est un évènement planétaire, unique et je pense que ça fait des souvenirs pour la vie, donc rien que pour ça il faut le vivre, mais au-delà de le vivre je n’ai pas envie d’être spectateur de l’évènement mais être acteur !

Vos objectifs pour Rio ?
Au-delà d’une médaille autour du cou, pour moi l’essentiel c’est de dire que nous avons été à Rio, que nous avons tout donné, tous joué à 100% de notre potentiel. Mais je suis sûr que nous pouvons avoir une médaille, si nous arrivons à être tous dans le même état d’esprit.

Un mot sur l’ambiance du groupe ?

©FFR

Depuis le début de l’année l’ambiance a toujours été super. Nous ne sommes pas une grande bande de potes car on a tous notre vie à côté, nos amis et on ne jure pas que par le rugby à 7, mais en tout cas, sur le terrain comme en dehors, ce qui a été super cette année c’est que nous avons su nous dire les choses les yeux dans les yeux. Personne n’a été mis sur un piédestal en tant que joueur, tout le monde a su se remettre en question, afin d’avancer tous ensemble.

Je pense que l'équipe monte en puissance depuis la tournée asiatique, que nous allons confirmer à Paris afin, je l’espère, de finir en apothéose à Rio.

Rugby | Le Mag' des Bleus

Médailles des bleus aux JO 2018

FRA

5

4

6
Total
15
Calendrier A suivre Les athlètes de la délégation française Résultats Français Classement des nations

Passion

Twitter #espritbleu


Boutique

  •  Française des jeux
  •  Air France
  •  Club Med
  •  Decathlon
  •  France Télévisions
  •  BPCE
  •  Mutuelle des Sportifs
  •  Groupe VYV
  •  Lacoste
  •  MAIF
  •  RMC