"De merveilleux souvenirs" pour Edgar Grospiron...

Partagez

Chef de mission de la délégation française aux premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse à Innsbruck en 2012, le champion olympique de ski de bosses, Edgar Grospiron, avait vécu une très belle expérience. Il évoquait alors « une grande satisfaction ». Flashback sur ses propos...

Quel bilan faites-vous de ces Jeux Olympiques de la Jeunesse en tant que chef de mission ?

C’est un bilan très positif parce que l’équipe s’est très bien comportée, à la fois sur le terrain et en dehors. Je suis ravi des jeunes, de leur attitude pendant ces Jeux, de la façon dont ils se sont appropriés l’Olympisme. Ils ont très bien géré la compétition et la pression inhérente à cet événement.

Quelles images vous ont le plus marqué durant ce séjour à Innsbruck ?

J’en retiens plusieurs… La cérémonie a été extraordinaire avec beaucoup d’ambiance, de solennité et aussi de fraîcheur avec tous ces jeunes qui s’éclatent. Notre porte-drapeau a également été à la hauteur puisque, dès le lendemain, elle a fait une médaille d’or. Estelle Alphand a vraiment été au niveau. J’ai une autre image forte qui me reste : celle d’une jeune fille qui pleure puis qui rit. Je pense à Clara Direz en ski alpin. Clara passe à quelques centièmes du podium et des médailles sur ses premières courses. Et puis, quelques jours après, elle remporte la médaille d’or du Géant… De voir l’amplitude de ses émotions a été quelque chose de beau. J’ai été heureux d’être là, à côté d’elle, de pouvoir l’accompagner et de lui dire quelques mots. Ce sont vraiment de merveilleux souvenirs.

A titre personnel, quel est votre bilan de ces JOJ ?

J’ai ressenti une grande satisfaction. J’ai découvert le rôle de chef de mission à travers cet événement et j'ai apprécié le fait de pouvoir m’impliquer. J’ai trouvé extrêmement intéressant de pouvoir accompagner à la fois des individus mais aussi une dynamique de groupe. C'est passionnant.

J’ai découvert comment gérer une équipe, comment faire pour créer un esprit collectif, mettre les athlètes le plus à l’aise possible. Et là, il faut dire que le CNOSF a mis les moyens pour que les sportifs soient dans les meilleures conditions sur le plan de la performance et du suivi médical.

Le Comité Olympique a également fait en sorte que cet événement dispose d'une caisse de résonance intéressante en France, que l’on en parle, et qu’on le fasse découvrir au grand public, et c'est important pour les jeunes comme pour le Mouvement olympique.

Pensez-vous que le fait d’avoir été athlète vous a aidé dans vos rapports et votre relation avec les jeunes ?

Dans tous les cas, cela m’a aidé à être proche des jeunes, d’abord parce que cela donne du crédit vis-à-vis d’eux. Alors oui, cela aide parce que je suis un peu passé par là. J’ai vécu aussi le sport à cette âge-là, avec les choix et les sacrifices que cela représente, mais aussi les risques que cela comporte.

C’est parfois plus simple de les comprendre et de trouver les bons mots au bon moment. Cela peut aider à tourner plus rapidement la page d’une déception ou à ancrer une satisfaction.

J'avais vraiment souhaité mettre une priorité dans mon action sur la proximité avec ces jeunes, avec cette équipe, parce qu’on est aux Jeux Olympiques et qu'ils sont le sport. Finalement, s’il ne devait y avoir qu’une seule priorité à avoir, c’est celle-là. Il ne faut pas oublier le reste, mais le sport, le terrain, les athlètes ont ravivé chez moi des souvenirs extraordinaires !

JOJ Lillehammer | Le journal des Bleus

TV

Expérimentation

Pour les départements de l'Orne, de la Vienne et des Bouches-du-Rhône

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge
  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC