A la découverte du longe côte

Photo : page Facebook @Internationalaquawalking
Partagez

Les Jeux Méditerranéens de Patras 2019 ont permis de mettre en lumière le longe-côte (ou marche en mer, traduit en anglais par aquawalking), en tant que sport de démonstration. Il consiste à marcher dans la mer avec de l’eau entre le nombril et les aisselles, seul ou en équipe sur des parcours délimités.

Une discipline créée en 2005

« Au départ, c’est une méthode de musculation créée pour les rameurs, explique Thomas Wallyn, l’inventeur du concept en 2005 du côté des plages de Dunkerque et de Bray-Dunes. L’idée était de rééquilibrer les groupes musculaires pour les rameurs qui développent surtout leur puissance de jambes. »

Des épreuves dynamiques

Le premier club a vu le jour à Dunkerque et a très vite connu le succès au sein de toutes les générations et les médecins sont vite devenus prescripteurs pour tous les bénéfices que l’on peut en tirer sur le plan articulaire, musculaire et sur le retour veineux. La discipline a été codifiée pour pouvoir devenir compétitive. A Patras, l’épreuve reine était le 100 m avec deux longueurs en duel, la pagaie étant obligatoire et un certain nombre de piquets balisant leur parcours. On s’élance sur la plage avant d’aller franchir le premier piquet et l’effort est d’environ 1’30’’ (deux fois moins rapide qu’un nageur en crawl).

Intégrée à la Fédération française de randonnée pédestre

Désormais intégré à la Fédération française de randonnée pédestre avec la marche aquatique, le longe-côte compte environ 10 000 pratiquants en France répartis dans 130 clubs. Les principaux se trouvent toujours dans le Nord (Dunkerque, Calais) mais aussi Saint-Malo, Hauteville sur Mer, Carnac, Saint Jean de Luz, Royan, Hyères ou Mandelieu la Napoule avec Sophie Chipon alias Alisson Wave.

L’équipement inclut obligatoirement des chaussons en néoprène (ou chaussures de randonnées légères), un maillot de bain (et/ou une combinaison selon la saison et la plage) et une pagaie ou un longe-up (palme de main) qui aide à la propulsion. Thomas Wallyn rappelle par ailleurs que la pratique peut être dangereuse et qu’elle doit s’effectuer encadrée avec des moniteurs connaissant parfaitement les fonds marins et les courants.

Le Mag' des Bleus | Le journal des Bleus

TV

Olympic Channel (en Français!

Direction Tokyo

Sites officiels

  •  Cocacola
  •  Airbnb
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Bridgestone
  •  ge

  •  intel
  •  Omega
  •  Omega
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  EDF
  •  Lacoste
  •  France TV-Sport
  • RMC