Martin Fourcade : « Me situer au plus près des athlètes »

Photos PresseSports / KMSP
Partagez

Lors de ces Jeux de Pékin 2022, Martin Fourcade, l’athlète français le plus titré aux Jeux Olympiques, a été élu pour huit ans à la commission des athlètes du CIO. Tony Estanguet, élu à Londres 2012 avait pour sa part vu son mandat prendre fin en juillet 2021. Avec 971 voix sur 2307 votes, il est arrivé largement en tête parmi les seize candidats. Il est élu avec la Suédoise Frida Hansdotter (ski alpin) qui a obtenu 694 voix. Il nous explique ses motivations et les idées qu’il a envie de porter dans ce nouveau rôle…

Comment as-tu réagi en apprenant cette élection ?

C’est un véritable honneur pour moi d’intégrer cette commission et je remercie tous les athlètes pour la confiance qu’ils m’ont accordée. J’ai eu la chance de vivre les Jeux d’Atlanta alors que j’étais en vacances. J’ai pu voir mon grand frère concourir en 2006 à Turin. J’ai remporté beaucoup plus de médailles que je ne l’aurai espéré. Je suis très heureux et j’ai hâte de pouvoir apporter ma pierre au mouvement sportif. J’ai hâte de commencer à travailler avec les autres membres de la commission (1) afin de promouvoir un sport propre et accessible à tous.

Comment envisages-tu les grandes questions liées à l’Olympisme pour les huit prochaines années ?

On ne se présente pas à la Commission avec un programme. On se présente pour représenter les athlètes. En revanche, j’ai des valeurs fortes. Avec Frida (Hansdotter), nous sommes issus des sports d’hiver et on a une sensibilité particulière pour l’environnement. C’est un des défis qui concerne l’Olympisme mais aussi toute notre société. Il va falloir répondre aux défis environnementaux et les athlètes ont un rôle à jouer dans ce domaine. En tous cas mon rôle est de me situer au plus près des athlètes pour comprendre leurs attentes et ce qui les sensibilise. C’est d’ailleurs un rôle que j’ai aussi au sein de la commission des athlètes des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

Qu’est ce qui a motivé ta candidature ?

En premier lieu, je suis un passionné d’Olympisme depuis toujours. Je suis un vrai passionné de sport au sens large et de tous les sports. Les valeurs du sport et la pratique sportive m’accompagnent quotidiennement. Même dans la manière d’éduquer mes enfants. Le sport a vraiment une place centrale dans ma vie et je pense sincèrement qu’il peut influencer celle des autres. J’ai pu le constater tout au long de ma carrière à travers le regard des gens que j’ai pu croiser. Les enfants, les familles et par toutes les marques d’affection que l’on peut recevoir quand on est athlète. J’ai forcément envie de faire perdurer ces Jeux Olympiques, essayer de partager mon expérience.

Je pense que les Jeux Olympiques d’hier ne seront pas ceux de demain. Aujourd’hui, nous sommes des citoyens et on demande plus de transparence financière, écologique et sociétale. Ces Jeux Olympiques que l’on pensait indéboulonnables, on l’a vu depuis deux ans avec la crise sanitaire, ils sont aussi fragiles que le reste. Pour qu’ils puissent se poursuivre de manière durable (et particulièrement les Jeux d’hiver), les Jeux Olympiques doivent s’adapter. J’ai vraiment envie de contribuer à cette évolution.

Concrètement, peux-tu nous expliquer ce qu’est cette commission des athlètes et comment elle est constituée ?
La commission des athlètes est composée de 18 membres (1) et c’est l’ensemble des athlètes présents lors des Jeux qui constitue le collège électoral. Par exemple, ici à Pékin, 16 athlètes se présentaient pour deux places. Le mandat dure huit ans et n’est pas renouvelable. Les deux représentants siègent au CIO en tant que membres du CIO et Ils participent aux différentes commissions.

As-tu fait une fait une campagne électorale ?

Non, je ne le vois pas comme ça en tous cas. J’ai eu la chance d'avoir pu voir une grande partie des disciplines en amont des Jeux Olympiques. Je l’ai vu avant tout comme une vraie richesse de pouvoir découvrir d’autres disciplines et d’autres problématiques. J’estime que si je veux être leur représentant, je me dois d’apprendre ce qu’est leur discipline, ce qu’est leur sport. Je me suis rendu aux Internationaux de France de patinage artistique à Grenoble, je suis allé à la Coupe du monde de skicross, aux championnats du monde de ski alpin, au ski de bosses, au ski freestyle. J’avais eu la chance de participer en tant qu’athlète à des coupes du monde de ski de fond et de biathlon. Je n’ai pas eu la possibilité de me rendre à des coupes du monde de bobsleigh, de luge, de patinage de vitesse ou de skeleton mais j’essaierai de m’y rendre ici à Pékin. Si faire campagne, c’est m’intéresser aux autres athlètes et à ce qui fait la spécificité de leur sport alors oui, j’ai fait campagne.

Y-a-t-il des idées en particulier que tu as envie de défendre ?

Oui, absolument, comme je te le disais sur ce désir de transparence dans la prise de décision et sur les enjeux écologiques des Jeux Olympiques. Ce sont des sujets auxquels je suis très sensible. Moi, je veux être le représentant des athlètes. Certes j’ai des valeurs mais je veux transmettre le message des athlètes et ne pas parler que pour moi. Un bon représentant, c’est quelqu’un qui se soucie davantage des problèmes des autres plutôt que quelqu’un qui a un programme et qui essaie de l’appliquer.
La justice, l'éthique sont également primordiaux. Que tous ceux qui se retrouvent sur la ligne de départ respectent les mêmes règles. La lutte anti-dopage notamment, c’est un sujet que j’ai porté tout au long de ma carrière avec beaucoup de conviction et beaucoup d’émotion, donc oui, c’est quelque chose qui est essentiel. Et qui doit encore s’améliorer. Il y a eu forcément pas mal de difficultés à mettre en place des contrôles avec toutes les restrictions sanitaires que l’on a connues : les confinements, les couvre-feux et autres. Oui, une immense majorité des athlètes que j’ai rencontrés ont envie que tout le monde soit à égalité sur la ligne de départ.

La lutte contre le dopage et le suivi des athlètes sont importants pour toi...

Totalement. Je pense qu’en effet c’est très contraignant de renseigner tous les jours un créneau d’une heure dans lequel on est disponible pour un contrôle. Et ce, tous les jours de l’année et quel que soit l’endroit de la planète où l’on se trouve. Mais je ne pense pas qu’on soit allés trop loin. Oui, il y a des choses qui n’ont pas marché, oui, il y a des choses à améliorer mais d’un autre côté, c’était pour une bonne cause.

Et enfin qu’est ce que cela t’inspire de te retrouver aux Jeux ici à Pékin ? Que représentent les Jeux pour toi ?

Pour moi, c’est avant tout une idée d’universalité, un moment de partage qui est sans doute un peu difficile à vivre avec cette crise sanitaire. C’est avant tout un esprit. Il y a une atmosphère particulière et ça ne ressemble vraiment à aucune autre compétition.

1. Avant l'élection de Pékin 2022, la commission est présidée pour l’instant par l’ancienne joueuse de hockey sur glace finlandaise Emma Terho et elle compte dans ses rangs quelques stars comme Pau Gasol ou Elena Isinbaeva mais aussi des athlètes moins connus dont les noms suivent : Seung Min Ryu (tennis de table), Daniel Gyurta (Natation), Britta Heidemann (escrime), Astrid Jacobsen (ski de fond), Yuki Ota (escrime), Federica Pellegrini (natation), Hayley Wickenheiser (hockey sur glace), Maja Martyna Wloszczowska (cyclisme), Humphrey Koyange (rugby à 7), Sarah Walker (cyclisme BMX), Zhang Hong (patinage de vitesse), Abhinav Bindra (Tir), Nadin Dawani (Taekwondo), Jessica Fox (canoë kayak), Aya Mahmoud Merany (pentathlon moderne).

2. Outre Martin Fourcade et Frida Hansdotter, les candidats étaient par ordre alphabétique Seun Adigan (bobsleigh), Nathan Crumpton (skeleton), Jernej Damjan (saut à ski), Adam Edelman (bobsleigh), Jaqueline Mourao (ski de fond), Maria Ntanou (ski de fond), Mathilde Amivi-Petitjean (ski de fond), Eva Samkova (snowboard), Florence Schelling (hockey), Oluseyi Smith (bobsleigh), Raluca Stramaturaru (luge) et Ireen Wust (patinage de vitesse).

Actualités

Recrutements et appels d'offres

Retrouvez toutes les offres d'emploi et appels d'offres du CNOSF.

Elysée 2022

Centre de ressources

Rendez-vous

Jeunesse

Incontournable

A ne pas rater !

Solidarité

Éducation

TV - Sport en France

Plateforme RSO

Agence nationale du sport

Sport Santé

Intégrité

Outil

A lire

Découverte

  •  Airbnb
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Cocacola

  •  intel
  •  Omega
  •  Panasonic
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  EDF
  • Le Coq Sportif
  •  Orange
  •  Sanofi
  • Accor Live Limitless
  • Cisco
  • FDJ
  •  pwc