Un cri d'alerte pour les sports de salle

Partagez

Aux côtés de Denis Masseglia, président du CNOSF, Jean-Pierre Siutat, président de la FFBasket, Philippe Bana, président de la FFHandball, Eric Tanguy, président de la FFVolley, ont tenu une conférence de presse à la Maison du Sport Français ce jeudi 25 février matin, accompagnés de nombreux président.es de fédérations de sport de salle. L’objectif est d’alerter les pouvoirs publics, le gouvernement en premier, sur la situation actuelle des fédérations de sport de salle et des conséquences de la crise sanitaire sur leur écosystème respectif.

Depuis plusieurs mois, les sports de salle font face à des restrictions qui affaiblissent leurs clubs, notamment sur la perte de licenciés : entre -15% et -57% en fonction des fédérations. Aujourd’hui, au CNOSF, face aux manques de visibilité et de moyens, ils ont souhaité exprimer la détresse de leurs équipes dirigeantes, de leurs clubs, de leurs licenciés et de l’ensemble des bénévoles qui font la richesse de leur sport.

Avec la fermeture des gymnases et l’activité sportive en suspens, il leur est impossible de faire des prévisions sur le report ou l’annulation de leurs championnats et doivent faire face à la gronde croissante et puissante de leurs licenciés, à qui ils ne peuvent apporter de réponse ; il leur est également impossible d’anticiper, seuls, à un plan ambitieux de reprise pour les saisons à venir qui seront très périlleuses, juste avant le grand rendez-vous de Paris 2024.

D’un point de vue financier, les aides proposées par le Ministère en charge des Sports ne pourront couvrir tous les manques à gagner des clubs, de plus en plus en danger.

L’initiative de regrouper tous les sports de salle autour de ce message commun a permis à chacun de se faire entendre. Aujourd’hui, les président.es des fédérations qui ont pris parole, d’une même voix, espèrent faire écho auprès du Ministère en charge des Sports et surtout, espèrent faire changer les choses. L’ambition est de faire prendre conscience de l’impact sanitaire, sportif, économique et social dans lequel les clubs et les licenciés se trouvent à ce jour. Mais surtout, d’ouvrir le débat avec tous les acteurs pour trouver des solutions, communes, rapides et efficaces.

Déclarations

Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif français : « Cette conférence de presse a été réunie par les fédération de sports de salle pour évoquer les difficultés qui sont les leurs, lancer un véritable cri d'alarme par rapport à la situation de leurs différents sports. (…) Comme le dit le président du CIO, "si on peut espérer que Tokyo fasse apparaître la lumière au bout du tunnel. Pour les sports de salle, il n'y a pas de lumière. Il est important que, par l'entente et le travail collectif, on puisse avoir des initiatives qui offrent un peu plus d'espoir aux uns et aux autres et c'est une bonne chose que celle-ci se fasse à la Maison du sport français. »

Eric Tanguy, président de la Fédération Française de Volley : « Nous sommes réunis aujourd’hui pour partager une problématique commune et nos constats. Nous sommes inquiets pour la survie de nos fédérations, nous ne voyons pas le bout du tunnel. La reprise des compétitions et des entraînements est plus que compromise et nous sommes dans une situation très inconfortable vis-à-vis de nos clubs et de nos licenciés. Il est impossible de les satisfaire et ils nous demandent de trouver des solutions. Nous étudions toutes les solutions possibles mais un grand nombre de licenciés ne veulent plus reprendre. Ils ont perdu la volonté et la passion, tandis que certains voient l’œuvre d’une vie disparaître. Il est question de la survie des fédérations, mais il est surtout question de la survie de nos clubs et de nos sports. »

Philippe Bana, président de la Fédération française de handball : « Le sport amateur est en danger et en souffrance. Nous sommes très inquiets et nous comprenons la colère de nos licenciés. Nous sommes réunis ici pour dire stop ; il y a un danger que personne ne voit sur les licenciés et les clubs. L’angoisse est surtout autour de la reprise et de son équilibre financier qui est très instable. Nous avons mis un place un plan de soutien de 5 millions d’euros et nous sommes également en train de sécuriser un plan de reprise, de développement éducatif, sur lequel nous nous mettrons en danger, nous fédération, mais c’est notre rôle. Nous serons solidaires de nos clubs et nous souhaitons le crier devant tout le monde. »

Jean-Pierre Siutat, Président de la Fédération française de basket-ball : « Certains sports n’ont pas vu l’ombre d’une compétition depuis près d’un an. Nous représentons, tous ensemble, plus de deux millions de licenciés et plus de 27 000 clubs en souffrance. Nous avons très peu soutien de l’Etat, aucun sur le plan financier. J’estime que 50% de nos bénévoles ne reprendront pas le chemin de nos clubs dans l’avenir. Nous sommes très inquiets pour la saison prochaine malgré un plan de relance que nous essayons de mettre en place. »

Vous trouverez dans la présentation ci-jointe toutes les informations détaillées pour chacun des sports représentés à la conférence de presse.


Actualités

Centre de ressources

Jeunesse

Incontournable

A ne pas rater !

Rapport d'activité 2020

Solidarité

Éducation

TV - Sport en France

Plateforme RSO

Agence nationale du sport

Sport Santé

Intégrité

Outil

A lire

Découverte

  •  Airbnb
  •  Aliba
  •  Allianz
  •  Atos
  •  Bridgestone
  •  Cocacola

  •  intel
  •  Omega
  •  Panasonic
  •  P&G
  •  Samsung
  •  Toyota
  •  Visa
  •  BPCE
  •  EDF
  • Le Coq Sportif
  •  Orange
  •  Sanofi
  • Cisco
  • FDJ
  •  pwc